La scripte est avec le directeur de la photo, le cadreur et le premier assistant, l’un des quatre collaborateurs proches du metteur en scène... Si la mise en scène est une musique, la scripte est celle qui repère les fautes de copie, les dissonances pour les éliminer ou en faire des figures de style. Son oeil écoute. Bertrand Tavernier

Actualités > Vie professionnelle > L’AFC réaffirme la nécessité d’étendre la Convention collective cinéma

L’AFC réaffirme la nécessité d’étendre la Convention collective cinéma

LSA partage le point de vue de l’AFC et soutient son communiqué

Publié le 28 mars 2013

L’Association des Chefs-opérateurs (AFC) déplore la participation tardive des producteurs aux négociations et affirme certains principes sur les films dérogatoires.

Communiqué de l’AFC

L’AFC tient à réitérer son soutien à l’extension de la seule convention collective validée aujourd’hui : celle signée entre les syndicats d’ouvriers et de techniciens (SNPTCT, SPIAC-CGT, SFR-CGT, CFTC et CFE- CGC) et le syndicat de producteurs API.

Nous regrettons que les autres syndicats de producteurs aient attendu plus de huit années avant de se manifester pour participer à la rédaction complexe de ce texte.

Cette politique de la chaise vide a pour conséquence le climat délétère que nous connaissons actuellement et qui met à mal la solidarité indéfectible entre les techniciens, les réalisateurs et les producteurs. Nous sommes conscients que les négociations à venir porteront essentiellement sur les clauses qui permettront à certains films de se faire en dérogeant aux termes de cette convention.

Quelques remarques à ce sujet :

• Nous réfutons l’amalgame qui a pu être fait entre l’ambition artistique des films et leur sous-financement. La « diversité » n’est pas l’apanage des « films pauvres ».
• Certains projets s’accommodent très bien d’un petit budget et ne sont pas pour autant sous-financés. Ils doivent se faire avec des salaires normaux.
• Nous pensons que, dans le cas d’une dérogation à l’application de la convention collective, certaines garanties doivent être fournies aux salariés du film quant à la répartition équitable des efforts financiers.
• Certains minimums syndicaux sont déjà si bas qu’ils ne peuvent supporter aucune amputation.
• Nous craignons enfin un « effet de seuil » qui fera basculer beaucoup de films juste en deçà du budget limite de cette dérogation...

Toute dérogation sera affaire de morale. Il faudra donc impérativement que les négociateurs qui décideront du champ d’application de cette convention collective définissent les outils qui nous préserveront de possibles excès.

L’AFC

6 avril 2021
Déjà primé lors des César, le long métrage de Maïmouna Doucouré empoche une (...)
26 mars 2021
"La scripte est avec le directeur de la photo, le cadreur et le premier (...)
24 mars 2021
Pour la remise du Prix Daniel Toscan du Plantier le mercredi 3 mars, par (...)
15 mars 2021
La nuit venue de Frédéric Farucci, scripte:Laurence Nicoli Musique (...)
14 mars 2021
La Pagode, fermée depuis bientôt 5 ans a été rachetée par un cinéphile américain (...)
14 mars 2021
Constatant que les professions liées à la production cinématographique et (...)
7 mars 2021
Cette année le festival de l’Alpe d’Huez ne donnera pas lieu à une édition (...)
13 février 2021
Une ode à la fête, sur l’air de “Douce France” ! La réalisatrice Yolande (...)
9 février 2021
Nouvelle cellule d’écoute psychologique et juridique de lutte contre les (...)
27 janvier 2021
Nous nous réjouissons de vous annoncer la composition de notre nouveau (...)