La scripte est avec le directeur de la photo, le cadreur et le premier assistant, l’un des quatre collaborateurs proches du metteur en scène... Si la mise en scène est une musique, la scripte est celle qui repère les fautes de copie, les dissonances pour les éliminer ou en faire des figures de style. Son oeil écoute. Bertrand Tavernier

Actualités > Cinéma et culture > La Cinémathèque présente : le métier de scripte

La Cinémathèque présente : le métier de scripte

Toute la mémoire du film, Sylvette Baudrot

Publié le 3 octobre 2007

Sylvette Baudrot a confié ses archives professionnelles à la Cinémathèque Française.
A travers des documents originaux tous issus de son fonds, l’exposition sort de l’ombre un métier essentiel à la conception d’un film et retrace le riche parcours de cette scripte.

DANS LE CADRE DE SA MISSION DE VALORISATION PATRIMONIALE
A partir du 3 octobre 2007
LE METIER DE SCRIPTE
Toute la mémoire du film, Sylvette Baudrot

Exposition virtuelle sur Sylvette Baudrot

Cette exposition explore les ressorts d’un métier aussi mal connu qu’essentiel à la vie d’un tournage : celui de scripte.
Grâce à des documents conservés dans les archives de la Cinémathèque française provenant de l’exceptionnel fonds Sylvette Baudrot, l’Internaute prend ainsi la mesure de l’importance du rôle de la scripte qui, plus qu’une technicienne, participe à la composition d’un film, de son élaboration jusqu’aux finitions, en passant par le temps du tournage dans ses moindres détails. La scripte ou « Toute la mémoire du film ».

Sylvette Baudrot est l’une des plus grandes scriptes françaises. Personnalité à la fois exemplaire et unique, elle est à l’origine d’une méthode de travail dont la rigueur et la précision n’excluent jamais, mais au contraire accueillent, un rapport poétique au monde.

Elle a travaillé avec certains des plus grands metteurs en scène : Jacques Tati, Alfred Hitchcock, Preston Sturges, Stanley Donen, Louis Malle, Roman Polanski, Costa-Gavras... et plus encore avec Alain Resnais.
Celui-ci la considère comme le maître d’oeuvre de tous ses films. Leur collaboration a débuté dès Hiroshima, mon amour (1959). Resnais déclare aujourd’hui que [sans Sylvette] « ce film aurait été une catastrophe et ne se serait même pas fait ».

Avec de nombreux documents, des extraits de films et des entretiens inédits avec Alain Resnais et Costa-Gavras.

Exposition conçue par Blandine Étienne, chargée d’Éditions en ligne à la Cinémathèque française, avec la complicité de Sylvette Baudrot.

LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE
51 rue de Bercy
75012 PARIS
Métro : Bercy

17 décembre 2007
Inquiets face à la remise en cause de la politique de soutien à la diversité (...)
21 novembre 2007
Afin de soutenir la création audiovisuelle et cinématographique, la France a (...)
3 octobre 2007
Sylvette Baudrot a confié ses archives professionnelles à la Cinémathèque (...)
13 mai 2007
Communiqué des Associations de techniciens sur la convention collective du (...)
25 février 2007
Pascale Ferran, cinéaste, a lu ce texte lors de la cérémonie des Césars 2007, (...)
6 octobre 2006
La SRF dénonce le report du vote à l’Assemblée Nationale de la proposition de (...)
18 mai 2006
Communiqué de presse des Parlementaires membres du Comité de Suivi de la (...)
5 mai 2006
Depuis cinq ans, les associations se multiplient chez les techniciens de (...)
2 mars 2005
Proposition de projet de loi (PPL) du Comité de suivi Pérennisation du (...)