En général, au-delà de la formidable connaissance que les scriptes ont du scénario, elles font souvent preuve d'une grande subtilité et sont très cinéphiles. Bernard Giraudeau

Actualités > Cinéma et culture > Le Monde : Et si l’on s’inspirait du cinéma ?

Le Monde : Et si l’on s’inspirait du cinéma ?

Le sens de la cohérence des scriptes pourrait s’adapter dans le monde de l’industrie !

Publié le 2 avril 2014

LE MONDE | 01.04.2014
Par Armand Hatchuel (professeur à Mines ParisTech)

Les compétences des scriptes en matière de réactivité aux modifications du scénario en cours de tournage, et leurs conséquences dans la narration, pourraient suggérer de nouvelles méthodes de gestion des aléas dans des projets industriels innovants.

Certains ne parlent plus aujourd’hui des intermittents du spectacle que pour dénoncer le niveau des indemnités qu’ils perçoivent lorsqu’ils ne sont pas en activité. Pourtant, leurs métiers méritent d’être mieux connus tant ils témoignent des conditions oubliées de la création.

Ainsi, au cinéma, le travail des acteurs et celui des metteurs en scène attire tous les regards.
A l’inverse, la tâche des scriptes, pourtant indispensable, reste mal connue. Sur l’écran, leur contribution semble invisible ; on se représente leur métier comme une sorte de secrétariat de tournage qui serait sans portée artistique. Or, cette vision ne colle pas à la réalité de leur travail.

Comme le suggère une recherche de terrain conduite au plus près des professionnels du cinéma (Gwenaële Rot, « Noter pour ajuster. Le travail de la scripte sur un plateau de tournage ». Sociologie du travail, volume 56, 2014, pages 16 à 39), les scriptes ne « surveillent » le tournage que pour préserver l’essence du cinéma, c’est-à-dire le « film » lui-même. On découvre qu’ils incarnent un management du projet créatif qui, hors du cinéma, pourrait aussi bénéficier à la gestion des projets innovants.

De nombreuses contraintes économiques et matérielles imposent en effet une étrange logique au tournage d’un film. « On ne tourne pas les séquences en suivant l’ordre dans lequel elles sont montrées à l’écran », rappelle l’étude.

UNE MULTITUDE DE CONDITIONS

S’il s’agissait d’une machine, la précision des plans autoriserait aisément que l’ordre de fabrication des pièces soit indépendant du montage final. Mais un film doit raconter une histoire vivante et donner au spectateur un sentiment de réelle “continuité”...


http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/04/01/et-si-l-on-s-inspirait-du-cinema_4393330_1698637.html


17 juin 2019
Pour leur 3 ème édition du festival « Jeunesse Tout courts », l’équipe a tenu à (...)
10 juin 2019
Réalisés par Sebastián Lelio Scripte : Antonia Olivares
7 juin 2019
A propos de l’exception culturelle et des risques et inquiétudes sur les (...)
7 juin 2019
Hier a débuté la 28ème édition du festival Côté Court. L’association Coté Court (...)
4 juin 2019
Prix du jury Les Misérables Réalisé par Ladj Ly Scripte : Jeanne (...)
4 juin 2019
Dans une lettre ouverte, quatorze associations professionnelles ont mis (...)
3 juin 2019
"De Laurel et Hardy à Roman Polanski, la nonagénaire toujours en activité (...)
1er juin 2019
la nouvelle plaquette éditée par le SPIAC, résumé avec l’essentiel de la CC (...)
23 mai 2019
"Odile levasseur a créé et développé un ensemble de logiciels professionnels, (...)
21 mai 2019
Deux fils Réalisé par Félix Moati Scripte : Virginie PRIN